Kuala Lumpur – Cityguide

Kuala Lumpur a été la première étape de notre voyage en Malaisie. J’adore les grandes villes asiatiques bondées, colorées et bruyantes, je me réjouissais donc d’y aller et ce nom qui me paraissait bien lointain me faisait rêver. Pourtant il signifie « confluent boueux », en référence aux deux rivières qui la traversent. La ville n’est plus boueuse du tout et d’ailleurs lors de notre passage les berges des rivières étaient en travaux pour laisser place à un aménagement qui semblait prometteur, avec un assainissement de l’eau, l’aménagement d’une promenade piétonne au bord de l’eau et de nouveaux espaces publics (un concept pas toujours facile à appréhender en Asie où une bonne partie de la vie quotidienne se passe de toute manière dans la rue). Si ça vous intéresse, vous trouverez plus d’infos sur le site de River of Life.

kuala lumpur mosquée

Kuala Lumpur est effectivement une grande ville asiatique bouillonnante « bien dans son jus » mais fait l’objet d’un certain « marketing urbain »  qui la fait presque ressembler à une métropole occidentale: le « I LOVE KL »  écrit en lettres géantes et colorées devant lesquelles les touristes se prennent en photo avec en arrière fond un palais aux magnifiques coupoles cuivrées ou encore les petits cafés à la déco presque scandinave qui côtoient les « stalls » de soupes et de brochettes. Et c’est ce qui est incroyable dans cette ville qui reflète finalement bien la Malaisie: un mélange d’ancien et de moderne, un mélange de cultures et de religions, un mélange d’ architectures bref un vrai melting-pot asiatique comme je les aime!

kuala lumpur quartier kampung baru

Nous sommes restés quelques jours à Kuala Lumpur qui regorge de quartiers assez différents qui valent la peine de s’y promener, un peu au hasard des rues, pour pouvoir apprécier cette mégapole asiatique qui peut paraître un peu décousue au premier abord.

Chinatown et Merdeka Square

La Malaisie compte une importante communauté chinoise et le Chinatown de Kuala Lumpur est vivant avec des restaurants de plats de nouilles et de soupes ouverts sur la rue, des magasins de vêtements en gros, un opticien bien sympathique qui a réparé une paire de lunettes en 10 minutes et nous a bien sauvé la mise pour le reste du voyage, des quincailleries avec de la vaisselle bleue et blanche, des affiches publicitaires en chinois, des temples bardés de lampions rouges, bref une petite ville dans la ville.

kuala lumpur quartier chinatown

Je vous conseille de vous y balader et d’entrer les les différents temples que vous croiserez sur votre chemin, mais en particulier le Sin Sze Si Ya Temple, le temple taoiste le plus ancien de Kuala Lumpur construit en 1864 qui est vraiment magnifique, tout en bois peint, avec de beaux lampions rouge, de l’encens qui fume à l’entrée, des gardiens qui mangent leur déjeuner dans le temple… il règne une ambiance très paisible, on y est finalement restés assez longtemps, on s’y sentait plutôt bien.

kuala lumpur temple ancien taoiste

kuala lumpur temple taoiste

Nous sommes aussi allés faire un tour au Wet market de Chinatown. On appelle Wet market les marchés qui sont aspergés d’eau pour tout nettoyer une fois que le marché est terminé. Celui-ci était animé avec des stands de poissons frais et séchés, de viande, de légumes, de fruits bref un peu de tout avec toutes les odeurs qui se mélangent! A ne pas visiter de trop bon matin avec l’estomac vide!

kuala lumpur marché wet market

kuala lumpur marché

Un peu plus loin se trouve un temple hindou, le Sri Mahamariamman Temple. Si vous arrivez durant la « puja » vous pourrez vous faire bénir par le brahmane (prêtre) qui déposera un peu de poudre rouge sur votre front et vous pourrez faire une offrande de fruits aux dieux. Attention, dans un temple hindou on fait le tour de l’autel par la gauche. Et juste à l’extérieur du temple, des vendeurs de fleurs et guirlandes de jasmin ajoutent de la couleur à la rue.

kuala lumpur temple hindou

kuala lumpur temple hindou statues

kuala lumpur temple hindou stand

Et plus au nord, juste au croisement des deux rivières qui traversent la ville se trouve la Masjid (mosquée) Jamek Sultan, très beau bâtiment avec des coupoles d’inspiration moghole que nous n’avons pas pu visiter à cause des travaux de réhabilitation des berges mais dont les jardins avaient l’air splendides.

kuala lumpur mosquée

Pour la visite de ces différents lieux de culte (et en particulier les temples hindous et les mosquées) pensez à prendre un foulard pour vous couvrir les épaules et puis c’est toujours utile pour se réchauffer dans la clim des magasins. Pour le reste, on vous prêtera de quoi vous couvrir.

Merdeka Square est une grande place qui est en fait un ancien terrain de cricket britannique et aujourd’hui symbole de l’indépendance malaise. J’ai adoré le palais Abdul Samad, mélange d’architectures victorienne, maure et moghole avec ses coupoles cuivrées et sa belle façade.  A la City Gallery toute proche on est allés voir une expo sur l’histoire de la ville et surtout la maquette du centre de Kuala Lumpur avec un son et lumière plutôt marrant bien que kitsch, assez intéressant pour comprendre l’évolution de la ville, son organisation et son développement. On y a aussi appris que Jimmy Choo est malais ce qui a eu l’air de beaucoup impressionner les touristes indiennes qui faisaient la visite en même temps que nous.

kuala lumpur merdeka square

Les tours Petronas

kuala lumpur tours petronas

Autour des tours Petronas, symbole de la skyline de Kuala Lumpur et l’entreprise nationale gazière et pétrolière qui a établit son siège ici, on trouve une toute autre ambiance où les centre commerciaux modernes se côtoient et sont reliés au métro aérien par tout un réseau de passerelles. Les tours en elles-mêmes sont vraiment belles avec une architecture très travaillée. Derrière, se trouve le Kuala Lumpur City Center Park dans lequel il est agréable de se promener pour échapper un peu à la chaleur, à l’ombre des banyans qui s’étendent avec leurs lianes et leurs racines. Un peu plus loin, on est tombés par hasard sur une cimetière musulman qui détonnait par ses petites stèles blanches et sa végétation au milieu des buildings.

kuala lumpur cimetière musulman

Les autres centres commerciaux sont assez impressionnants à voir par leur taille et le nombre de magasins qui s’y trouvent même si globalement on retrouve les mêmes marques qu’en Europe. A voir quand même, le Sephora qui a une architecture assez étonnant, une sorte de diamant noir qui ressort parmi les autres bâtiments.

kuala lumpur architecture sephora

Le quartier en général est plein de buildings et de bâtiments assez étonnants qu’on est allés admirer depuis un ancien héliport transformé en bar, le Heli Lounge Bar. C’était assez marrant de se poser là à boire un cocktail, je vous conseille l’endroit au coucher du soleil, on a une plutôt belle vue sur les tours Petronas et sur les rues alentours.

kuala lumpur vue helipod

kuala lumpur vue

Kampung Baru

Kampung Baru, le quartier malais, c’est vraiment celui que j’ai préféré. Un village au milieu de la ville, avec des maisons tout en bois entourées de jardins luxuriants avec des plantes incroyables, des petites ruelles calmes, des foods courts à ciel ouvert pour les travailleurs et au fond, le quartier des buildings avec les tours Petronas.  Vraiment, je vous conseille d’aller vous balader là bas, ça donne une tout autre impression de la ville, hors des circuits plus touristiques. On se sent vraiment ailleurs et dans un quartier qui semble encore résister à l’urbanisation croissante de la ville. Là encore, la diversité caractéristique de la Malaisie se ressent, on y trouve une mosquée et un temple sikh.

kuala lumpur maison traditionnelle

kuala lumpur rue kampung baru

Little India

Quand je voyage en Asie, je me réjouis toujours de me balader dans les « Little India » des villes. Je suis un peu nostalgique de mes 5 mois passés dans cet incroyable pays il y a quelques années. Et puis j’aime bien voir comment les expatriés tentent de recréer un peu leurs villes, leurs modes de vie et leur habitudes dans un autre pays. C’est très intéressant à voir. Celui de Kuala Lumpur n’est pas celui que j’ai préféré mais l’ambiance y était quand même assez authentique, la diaspora indienne étant assez importante en Malaisie.

kuala lumpur little india

A noter que quelques rues autour de la station de métro Masjid Jamek sont aussi une sorte de mini « Little India » avec de bons restos.

Où manger A KUALA LUMPUR ?

Dans la rue! N’hésitez pas à tester les petits stands de nourriture de rue (bien fréquentés, c’est plus sûr) qui réservent souvent de très bonnes surprises. De toute façon en Malaise, la nourriture est délicieuse, variée, parfumée!

A Jalan Petaling, le marché de nuit de Chinatown, assez touristique, plein de stands de nourriture, de brochettes à cuire soi-même, de jus frais, et de stands de dégustation de Durian. Alors on a osé, on a goûté et… on n’a pas aimé! Ce gros fruit avec une coque pleine de pics a une odeur assez repoussante mais aussi une texture pas très agréable. Il est même carrément interdit d’en manger dans certains lieux publics tellement il sent mauvais. Bon là comme ça, je ne donne vraiment pas envie mais c’est une expérience à faire et qui sait peut-être que vous saurez l’apprécier,  il y a quand même plein de gens qui aiment ça! La prochaine fois je testerai la glace au durian, il parait que c’est aussi très étonnant.

kuala lumpur street food

A Madras Lane, petite ruelle de Chinatown, il y a aussi un marché alimentaire plus traditionnel la journée dans lequel vous pourrez trouver des stands de nouilles absolument délicieuses!

kuala lumpur street food

Dans les petits stands autour de Central Market (où vous pourrez d’ailleurs trouver de jolis batiks, les tissus traditionnels malais pour pas trop cher). On a bu un jus frais et goûté des « putu bambu », dessert malais à base de farine de riz et de sucre de canne, cuit à la vapeur dans du bambou et saupoudré de noix de coco, un délice!

Dans les cantines indiennes de la rue Leboh Ampang, autour du métro Masjid Jamek, on mange de délicieux plats indiens tout simples, servis sur des feuilles de bananiers.

A Jalan Alor, quartier super animé le soir tout près des grands centres commerciaux avec plein de petits restaurants, de stands de fruits, de bars.

kuala lumpur quartier jalan alor

Dans les « hawkers » ou foods courts: ça va du buffet sous un toit en tôle avec les locaux et une multitude de plats inconnus (là on choisit au hasard, ce qui nous fait envie et on prie pour que ce ne soit pas trop pimenté!), à la salle climatisée dans un centre commercial où la nourriture est à répartie par spécialités entre différents stands. Dans tous les cas c’est souvent très bon et pas cher !

kuala lumpur hawker

Chez LOKL, un petit café branché entre Masjid Jamek et Chinatown, à côté de notre logement qui servait de super plats malais ou occidentaux, des thés froids maison et autres sucreries. Un peu plus cher que manger dans les stands de rues, mais ça fait du bien de temps en temps! Et la déco est vraiment design.

Où dormir a kuala lumpur?

Chez Back Home, une très belle adresse, à mi chemin entre le boutique-hotel et l’auberge de jeunesse avec des chambres organisées en coursives autour d’un très agréable patio arboré dans lequel prend le petit déjeuner avec des fruits frais et des toasts au Kaya, une sorte confiture de noix de coco délicieuse. L’hôtel est très bien placé, tout proche de la mosquée Masjid Jamek et de la station de métro aérien, le MRT.

kuala lumpur hotel back home

Voilà, c’est tout pour mon cityguide de cette ville incroyable. Si vous avez d’autres bons plans n’hésitez pas à les partages en commentaires! 

4 réflexions sur “Kuala Lumpur – Cityguide

Laisser un commentaire